Résidence Sociale et Pension de Famille | MANADO Mantes La Jolie - 78

Résidence Sociale et Pension de Famille 1

Construction d'une Pension de Famille de 30 logements et dt d'une Résidence sociale de 100 Logements

Surface : 3830m² SDP
Performance : NF HABITAT, RT 2012anticipée -13%
Maîtrise d’Ouvrage : CDC HABITAT - ADOMA
Maîtrise d’Oeuvre : Séméio architecture - GCC, entreprise - TEKHNE, SOLAB bureaux d’étude- LJ paysagiste
Equipe Semeio : Carine Deschamps, Ivan Le Garrec, Evelyne Pothin, Alessandro Fenu,
Date : 2020-2022
Crédits images : Perspective - KDSL

Le projet s’implante dans un terrain, bordé au nord par une voie ferrée et au sud est une autre voie ferrée et une zone de triage des trains. La disposition des bâtiments perpendiculairement aux voies ferrées contribue à l’affaiblissement  acoustique des façades.

L’unique voie de desserte du programme est la rue des Closeaux qui sera élargie. Le site est clairement un site en devenir d’urbanisation avec actuellement une forte présence végétale. Une des caractéristiques principales du terrain est sa forte déclivité jusqu’à la voie ferrée au nord.

Nous proposons de créer une succession d’espace en longueur : jardin ouest, bâtiments, jardin est, parking qui reprend la trame des jardins familiaux structurant le site actuellement.

Le programme prévoit la mise en place de deux entités fonctionnellement autonomes ne partageant que le parking, les locaux vélos et la lingerie. Pour autant nous proposons à la fois de distinguer nettement les deux programmes et de les articuler l’un à l’autre. Cette disposition permet de proposer un plan masse compact, limitant le linéaire de façade de l’opération tout en identifiant de manière claire les deux entités programmatiques . Cette disposition permet d’enrichir la lecture du projet en créant un jeu volumétrique entre les deux programmes. L’implantation des deux entités de taille différente combinée à la forte pente du terrain nous permet de proposer une perception plus intime et résidentielle depuis la rue et de renforcer la différentiation entre les 2 programmes.

Le bâtiment se présente comme une composition volumétrique qui joue de la tension entre unité et dualité : unité d’un volume continu, dualité des deux programmes exprimés par, le désaxement des deux programmes, leur différence de gabarit et le jeu des attiques comme nous l’avons déjà vu. 

L’expression de la dualité constitutive du programme est renforcée par le jeu de finitions des façades : un jeu entre volume recouvert d’un enduit blanc lisse et volume recouvert d’une lasure gris chaud

Résidence Sociale et Pension de Famille 1 Résidence Sociale et Pension de Famille 2 Résidence Sociale et Pension de Famille 3